Comment et pourquoi vous devriez (peut-être) apprendre à jongler

Cette bien chouette inscription a été trouvée sur un tombeau égyptien vieux de près de 4000 ans.

Sur cette page, je vais vous expliquer pour quelles raisons je pense que cela vaut la peine pour à peu près n’importe qui de prendre le temps d’apprendre au moins les rudiments de la jonglerie. Je vais aussi vous expliquer de quelles façons, même si vous êtes aussi peu coordonné que je ne l’étais jadis, c’est tout à fait possible d’apprendre à jongler en bien peu de temps. Si vous vous y prenez de la bonne façon, vous pouvez (probablement) réussir au moins quelques lancers du mouvement de base à 3 balles en quelques heures ou moins. Vous pouvez apprendre une multitude de cool petits tricks en quelques semaines. Et vous pouvez choisir de devenir un relativement habile jongleur amateur en quelques mois. 

* Cette page est probablement beaucoup plus longue qu’elle ne devrait l’être. Si vous ne souhaitez pas m’entendre radoter sur les merveilles de cette pratique et que vous préférez commencer à vous pratiquer dès maintenant, ignorez toutes les premières sections ci-dessous et passez tout de suite à la section Prêt à commencer?

* Si vous n’avez jamais vu ce à quoi peut ressembler de la jonglerie de haut niveau, je pense que ça vaut la peine que vous jetiez au moins un coup d’oeil à l’une des vidéos des pros que vous trouverez au milieu de la page.

Quelques mythes concernant la jonglerie:

  • Il faut avoir un “talent” particulier pour pouvoir apprendre.
  • C’est une activité bonne pour les clowns qui veulent amuser les enfants.
  • Ça se fait en écoutant la petite musique de cirque que tout le monde connait.
  • Ça ne sert qu’à tenter d’impressionner les gens ou à se faire un peu d’argent dans la rue.
  • Pour jongler, il faut faire un beau rond avec les balles.
  • Il n’y a rien de plus cool que de jongler du feu ou des couteaux!

J’ai tapé le mot “Juggling” sur Google Image dans le but d’illustrer en partie la perception populaire du sujet. Voici quelques-unes des premières images qui sont apparues:

Des clowns et des images photoshoppées ou dessinées avec des positions absurdes, des balles en rond et des patterns physiquement impossibles. C’est bien difficile de me faire fâcher depuis que je me suis mis à la méditation, mais en voyant ces images, j’ai eu envie de violemment détruire mon ordinateur à coups de quilles! Je suis senti obligé de mettre plein d’autres images cools partout sur cette page juste pour compenser.

Bon ok j’avoue j’exagère un peu avec ma furie et mes coups de quilles dans mon écran, mais j’ose espérer qu’à la fin de cet article, je vais être parvenu à légèrement changer votre perception du sujet.

 

À quoi bon “perdre son temps” à apprendre à lancer des balles?

Certaines études semblent démontrer que le fait d’apprendre à jongler amène certaines parties de nos cerveaux à se transformer et d’autres à carrément grossir. J’ai placé plus bas des liens vers quelques-unes de ces études. Vous pourrez juger vous-même s’il faut s’enthousiasmer ou rester sceptique. Pour le moment, permettez-moi de laisser l’aspect scientifique de côté et de simplement partager mes très subjectives opinions personnelles.

Personnellement, je vois la jonglerie un peu de la même façon que je vois la musique. Je pense que les deux activités peuvent apporter énormément à ceux et celles qui les pratiquent. Elles peuvent effectivement servir à faire notre “show-off”, mais c’est très loin d’être leur unique fonction possible. Elles peuvent être simplement agréables. Elles peuvent être valorisantes et elles peuvent nous amener à vouloir repousser nos limites. Les habiletés que l’on développe en pratiquant ces activités peuvent être relativement simples et accessibles, ou elles peuvent être ridiculement complexes. Dans les deux cas, on ne parle pas que d’une seule chose ou une seule activité, on parle d’un vaste univers multidimensionnel que personne ne peut parvenir à explorer complètement. Différentes formes d’arts ou de techniques nous permettent de créer ou d’apprendre une infinité de nouveaux “tricks” ou de nouvelles mélodies. On est constamment en train d’apprendre quelque chose de nouveau et on ne finit jamais de faire le tour. 

De façon générale, je pense que l’apprentissage de nouvelles habiletés apporte presque toujours son lot de bénéfices collatéraux. Et je pense que cela reste vrai même pour les activités dites “inutiles”. Mais si toutes les activités ou presque ont leurs mérites, certaines en ont davantage que d’autres. Manipuler 3 objets ou plus de toutes sortes de façons, techniquement du moins ça me semble être beaucoup plus formateur que de se joindre à une équipe de baseball et que de devoir partager une seule balle avec 25 autres joueurs. Si l’on me demandait des dresser une liste des hobbies qui sont les plus susceptibles d’être particulièrement enrichissantes d’une multitude de façons, les premiers qui me viendraient en tête seraient probablement l’activité physique, la méditation, la musique, l’art de la mémoire, le jiu-jitsu, l’improvisation, la danse, la lecture, l’apprentissage des langues et – of course! – la jonglerie. En jonglant, on s’entraine à se concentrer sur une activité difficile et on entre régulièrement en “flow state”. On devient progressivement plus ambitexte et plus coordonné dans une grande variété de contextes. C’est particulièrement vrai quand vient le temps de manipuler, de lancer ou d’attraper des objets, mais je pense que cela peut aussi l’être dans d’autres. Un point de vue plus subjectif, on s’amuse, on s’améliore de jour en jour et on en est fier. Personnellement, je me sens rarement autant en forme et de bonne humeur qu’après une bonne séance de pratique.

Apprendre à jongler, c’est loin de se limiter à toujours lancer 3 balles constamment de la même façon. À partir du moment où l’on cesse de se limiter au mouvement de base, on est constamment forcé de bouger nos mains et notre corps de nouvelles façons, de développer de nouvelles habiletés, de repérer nos erreurs et de les corriger. On développe l’art d’apprendre à apprendre et on réalise à quel point il est possible, lorsque l’on s’y prend de la bonne façon, de parvenir à développer plus ou moins n’importe quelle habileté. Je pense que ce n’est pas un hasard si la majorité des jongleurs que je connais ne semblent jamais être intimidés à l’idée de devoir apprendre quelque chose de nouveau. 

Je suis bien sûr extrêmement biaisé sur ce sujet, mais pense honnêtement que tout le monde ou presque* devrait prendre le temps d’apprendre au moins le mouvement de base à 3 balles. Le ratio temps/effort/bénéfices me semble ici être clairement favorable. Et je pense qu’un pourcentage substantiel de la planète devrait persévérer et apprendre une série de variations, incluant les mouvements de base à 4 balles et 3 quilles. Bien entendu, il y a d’autres activités dans la vie qui en valent la peine. Je ne vous recommande pas de devenir un maniaque comme moi et de passer des années à passer plusieurs heures par semaine à tenter d’atteindre des niveaux beaucoup plus élevés. Mais juste le mouvement de base et quelques petits tricks? Come on vous êtes capables de faire au moins ça!

* Si vous pensez manquer de coordination, je pense que ce n’est vraiment pas une bonne excuse. Je pense au contraire que c’est une raison de plus pour laquelle vous devriez prendre la peine d’apprendre. 

* Si vous n’avez pas de mains, vous êtes officiellement exempté de mon “tout le monde ou presque” qui devrait s’empresser d’apprendre à jongler. Et si vous travaillez mille heures par semaine dans un hôpital ou un camps de réfugiés, vous avez ma permission d’attendre jusqu’à vos prochaines vacances.

* C’est of course très possible que j’aies en partie tort à ce sujet. Peut-être que je suis juste un junky addict à la dopamine que me procure la jonglerie et que je me cherche des raisons pseudo-rationnelles pour justifier tout cela. C’est possible que les bénéfices collatéraux de cette activité soient bien moins importants que je ne l’imagine. C’est aussi possibe que, même dans les meilleures circonstances, la majorité des gens n’ont pas le type de personnalité qui faut avoir pour avoir envie de consacrer du temps et des efforts à l’art de lancer et d’attraper des objets de différentes façons. Mais pour l’instant du moins, je vais continuer d’assumer que j’ai raison et que les gens ne savent pas ce qu’ils manquent! Et je vais continuer d’évangéliser et de propager la bonne parole auprès de toutes les oreilles réceptives.

– 

À propos des études scientifiques portant sur les bénéfices de la jonglerie

  • L’article de Scientific American que j’ai déjà cité plus haut.
  • Un bien inspirant petit e-book qui recense la plupart des études scientifiques effectuées sur les bénéfices de la jonglerie peut être acheté pour presque rien ici.
  • Une autre série de liens pertinents se trouve dans cet article.
  • Un excellent article rédigé par un auteur qui reste sceptique sur les prétendus bénéfices neurologiques de l’apprentissage de la jonglerie. Oui la jonglerie transforme le cerveau, dit-il, mais la même chose est aussi vraie de pratiquement n’importe quelle autre activité. Pour des raisons que j’explique dans un commentaire laissé sous l’article, ses conclusions me semblent légèrement injustes. Je n’hésite cependant pas à vous recommander la lecture de cet article car c’est l’un des plus complets que j’ai pu trouver.

En passant, je pense que même si 100% de toutes ces études se révélaient être complètement bidons, je resterais quand même un fervent partisan de la jonglerie ( : Je serais pour même si c’était dangereux et mauvais pour la santé.

 

 

La pratique de la jonglerie (ou celle d’autres activités captivantes et difficiles) peut-elle aider à surmonter les troubles d’attention?

Dans ce court vidéo de moins de 4 minutes, la famille de David Ferman (aujourd’hui un particulièrement excellent jongleur professionnel) raconte de quelle façon la découverte de la jonglerie a transformé la vie de David et lui a permis d’apprendre à se concentrer. Ils parlent de comment son comportement et ses résultats scolaires se sont fortement améliorés par la suite. Est-ce que des résultats similaires pourraient se produire chez d’autres individus qui s’adonneraient à la jonglerie ou à d’autres activités similaires? Je ne suis certainement pas en position de formuler des promesses à ce sujet. L’histoire de David est une anectode et non une preuve et je ne pense pas que l’on puisse généraliser à tout le monde. Cela dit, l’hypothèse me semble tout à fait plausible, au moins pour certains individus.

 

Petite parenthèse sur la jonglerie en Afghanistan

Une poignée de chouettes individus ont implanté un programme d’enseignement de la jonglerie en Afghanistan. Quelqu’un d’autre pourrait argumenter que c’est absurde comme idée, mais ce n’est pas ce que les participants semblent croire. Un court documentaire de 11 minutes sur ce super programme peut être visionné ici. Juste au-dessus et juste en dessous, j’ai jugé bon de reproduire quelques images tirées de la vidéo.

 

Moi-même show-offant mes super skills. Jongler face au soleil n’est généralement pas une bonne idée, mais c’était nécessaire ici pour que je puisse avoir l’air légèrement plus cool sur la photo.

À propos de la palpitante petite histoire de mon obsession personnelle pour le sujet

Je me souviens avoir brièvement tenté d’apprendre à jongler à au moins quelques reprises alors que j’étais encore un enfant ou un adolescent. Ça se passait à chaque fois plus ou moins de la même façon. Étape 1: Je voyais quelqu’un jongler quelque part et je me disais “wow ça a l’air cool ça!” Étape 2:  J’essayais moi-même pendant quelques minutes. Étape 3: J’abandonnais rapidement en concluant que c’était beaucoup trop difficile et que je n’avais pas le “talent” nécessaire. J’avais peut-être 20 ans et j’étais en Colombie-Britannique avec un ami lors de ma toute dernière tentative infructueuse. Lui avait appris avec facilité alors qu’il était beaucoup plus jeune. Il a bel et bien tenté de m’enseigner pendant un petit moment, sauf que ses instructions se limitaient essentiellement à juste “fait comme moi”. Après quelques minutes sans succès, il conclut (citation approximative): “Ce n’est peut-être juste pas pour toi. Je me souviens quand on a appris ça en classe. Certains réussissaient, d’autres pas.” À l’époque, je pensais qu’il avait probablement raison. Je n’avais pas ce qu’il fallait. Bof, tant pis.

Plusieurs années plus tard, à l’âge de 26 ans, ma mentalité pour tout ce qui concerne l’apprentissage a commencé à drastiquement changer. J’avais lu un livre sur la neuroplasticité – sur la capacité qu’ont nos cerveaux de continuer à se transformer tout au long de notre vie – et j’étais maintenant ultra inspiré de me lancer toute sorte de défis. Quand un Belge et ses 3 balles ont ensuite croisé mon chemin, je lui ai emprunté ses balles et j’ai commencé à les lancer sans relâche jusqu’à ce qu’elles finissent par ne plus constamment tomber au sol. J’ai réalisé plus tard que c’était là une particulièrement inefficace façon d’apprendre et qu’une approche plus méthodique aurait produit de bien meilleurs résultats en beaucoup moins de temps. Mais après plusieurs heures étalées sur 2 ou 3 jours, ça a tout de même fini par fonctionner. Yé! J’ai alors rayé “apprendre à jongler” de ma liste de choses à faire et je suis passé à autre chose. Ce n’est que quelques mois plus tard, lorsqu’une heureuse combinaison de circonstances m’a permis de découvrir quelques-uns des principaux trucs de base, que l’activité a commencé progressivement à prendre de plus en plus de place dans ma vie.

Théoriquement du moins, c’est toujours resté “juste un hobby”, sauf que je dois admettre avoir bien longtemps été presque obsédé par tout cela. Si vous avez du temps à perdre et que vous êtes curieux, voici un échantillon de ce que j’ai réussi à faire après environ 5 ans de pratique régulière. J’ai par la suite ralenti le rythme, mais je continue de m’entrainer au moins une fois par semaine et je continue de m’améliorer. Il y a eu un ou deux moments où j’ai brièvement songé arrêté complètement afin de libérer du temps pour d’autres activités, sauf que cette idée m’a bien vite semblé complètement impensable. J’aime juste beaucoup trop ça. Tant et aussi longtemps et mes mains et mon cerveau resteront fonctionnels, je m’imagine facilement continuer indéfiniment.

Ce qu’il est possible d’accomplir pour des pros

Le niveau de compétences que j’ai atteint est très bon pour un amateur qui a commencé tard dans sa vie et qui n’a jamais eu de coach. Mais comme vous le découvrirez rapidement si vous regardez certains des vidéos ci-dessous, ce n’est qu’une fraction microscopique de ce qu’il est possible d’accomplir. C’est difficile de surestimer ce qui sépare le niveau d’habileté des meilleurs au monde de celui des “amateurs doués” comme moi-même. Si vous êtes curieux, vous trouverez ici des liens vers quelques-unes des plus amazing vidéos de jonglerie qui sont disponibles en ligne.

 

  • Une vieille vidéo de Falco Scheffler qui nous montre ce qu’on peut faire avec seulement 3 et 4 balles. Et si vous aimez ce type de jonglage complexe et rapide avec seulement 3 balles, vous apprécierez très probablement cette vidéo et d’autres de Tsubasa Murakami.
  • La vidéo “Were is Petter” est l’une des plus magnifiques et des plus impressionnantes.
  • Voici que ce que le jeune Ofek Snir peut accomplir avec son style de jonglerie ultra technique et ultra difficile.
  • Voici ce qui se passe-t-il lorsque des centaines de jongleurs se réunissent pour un festival d’une semaine.
  • Il est maintenant à la retraite, mais Anthony Gatto est encore aujourd’hui considéré comme étant le meilleur jongleur de l’histoire. Précision importante : réussir quelque chose parfaitement et régulièrement sous pression sur une scène est beaucoup, beaucoup plus difficile que de simplement faire la même chose durant nos pratiques.
  • Lauge Benjaminsen, l’un de mes jongleurs préférés.
  • Dans la catégorie “sur scène, devant public”, ce numéro de l’Ukrainien Alexander Koblikov est peut-être mon préféré.
  • Un super numéro de passing de quilles par Daniel Ledel et Dominik Harrant. Ne manquez pas les 4 dernières minutes.
  • Êtes-vous curieux de découvrir d’autres types de jonglerie? Voici le “bounce juggling“. Voici une forme unique de jonglerie contact par Tony Duncan (vidéo filmée par moi-même de façon extrêmement maladroite). Et voici un numéro de jonglerie d’anneaux et de ballons par Pavel Evsukevich.
  • Voici Ice Cream, une bien inspirante et extrêmement créative vidéo de Wes Peden. Wes est le type de jongleur qui invente constamment une quantité apparemment infinie de nouveaux trucs que personne d’autre n’avait même imaginé auparavant.

Si vous avez regardé l’une des vidéos ci-dessus, j’espère que l’expérience a été plus divertissante et inspirante que décourageante. Pour être honnête : à moins d’être assez jeune et d’être très motivé, les chances sont que n’atteindrez jamais un niveau aussi ridiculement élevé. Je sais que moi au moins, je vais continuer de m’améliorer, mais je vais toujours rester bien loin derrière. Cela dit, je pense que ça n’au aucune importance, ou du moins que cela ne devrait pas en avoir. Il restera toujours une infinité de trucs cools et amusants que vous serez capables d’apprendre. Nul besoin devenir un expert ou une experte pour profiter de cette merveilleuse activité qu’est la jonglerie.

Ce qu’il est possible d’accomplir pour des débutants

Certains niveaux d’habiletés sont très longs et difficiles à atteindre. D’autres sont pratiquement inatteignables, y compris pour moi-même. Cependant, il y en a bien d’autres qui sont tout à fait à votre portée. Même en commençant de rien. Même à 50 ans. Même en ne souhaitant pas investir beaucoup de temps et d’énergie. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, apprendre à jongler avec trois balles est à la portée de pratiquement tout le monde, quel que soit votre âge ou votre niveau de dextérité actuel. Il y avait jadis une association de jonglerie à l’Université Laval que j’avais fondée et dont je m’étais longtemps occupée. L’expérience m’a donné l’opportunité d’enseigner les bases de la jonglerie à un grand nombre de personnes. Je ne me souviens pas avoir été confronté à quelqu’un qui semblait être un cas désespéré. Avec un enseignement adéquat, en seulement une vingtaine de minutes ou en une heure ou deux, la plupart des gens parvenaient à réussir correctement au moins quelques lancers du mouvement de base à 3 balles.

Seul chez vous, sans la présence d’un “expert” pour vous corriger, c’est vrai que la tâche risque d’être un peu plus difficile. Mais peu importe, c’est tout à fait possible d’apprendre juste avec l’aide de vidéos d’instruction. Pour les bases, quelques courtes pratiques risquent fort d’être suffisantes. On parle de peut-être 4 ou 5 pratiques d’une vingtaine de minutes chacune étalées sur une semaine. Peut-être plus, peut-être moins. À partir du moment où une douzaine de lancers peuvent être réussis sans trop de difficultés, on peut déjà commencé à s’attaquer à quelques petites variations. Pour certains trucs plus difficiles ou pour jongler avec un plus grand nombre d’objets, des mois de persévérance risquent d’être nécessaires. Cependant, il y a plusieurs dizaines d’autres trucs que vous pouvez commencer à réussir beaucoup plus rapidement que vous ne l’imaginez. Vous trouverez sur cette page des liens vers des tutoriels pour un bon nombre de ces trucs. Parmi ceux-ci: les mouvements de base à 3 et 4 balles, à 3 et 4 anneaux et à 3 quilles.

Il suffit de se renseigner un peu, de procéder de façon méthodique et de persévérer pendant un moment!

Prêt à commencer?

Yes! 

Vous allez apprendre beaucoup plus rapidement en analysant attentivement des tutoriels vidéos qu’avec des instructions écrites. J’espère tôt ou tard filmer mes propres tutoriels en français pour les patterns de base et pour plusieurs trucs, mais j’ai bien d’autres priorités pour le moment. D’ici là, j’ai tout de même pris la peine de recenser un nombre plus que suffisant de tutoriels de qualité (tous en anglais, en espérant que ce ne sera pas un problème) produits par des jongleurs de par le monde. Avant de vous mettre aux choses sérieuses, il ne vous reste qu’à trouver quelques balles.

Quelles balles utiliser au début?

Ne faites pas l’erreur d’utiliser des balles trop petites ou trop légères. Vous pouvez choisir de commencer juste avec des pommes ou des oranges que vous prendrez soin de ne lancer qu’au-dessus de votre lit ou votre divan. C’est loin d’être idéal. Les fruits risquent fort de devenir dégoutants après trop grand nombre de petits accidents. Mais c’est mieux que rien. Une option plus durable serait de prendre des balles de tennis, d’utiliser un couteau pour créer une petite ouverture, de les remplir à 50% avec du riz ou du sable et d’envelopper le tout avec du gros ruban adhésif noir ou gris. Mieux encore, achetez des balles conçues spécifiquement pour la jonglerie. Attention, certaines sont meilleures ou pires que d’autres. Celles du Dollorama entre autres sont épouvantables. C’était jadis possible d’en trouver au Toys-R-Us et dans plusieurs des petites boutiques de jeux de plateau, mais je ne suis pas certain que ce soit encore le cas aujourd’hui. Pour les achats en ligne, je vous donne mes recommandations officielles au bas de cette page.

Étape 1: Apprendre quelques lancers avec le mouvement de base à 3 balles

Si comme bien des gens vous vous êtes déjà imaginé que vous pouvez “jongler 2 balles” en les lançant en cercle, vous allez devoir faire de votre mieux pour désapprendre au plus vite ce que vous pensez savoir. À ce point-ci de votre apprentissage, les réflexes que vous avez commencé à développer en pratiquant risquent fort de vous nuire.

Pour apprendre ou réapprendre comme il se doit, je vous recommande de commencer par ce tutoriel. Il y en a bien d’autres (incluant des bons comme ici, ici, ici et ici), mais je crois que celui-ci est clairement l’un des meilleurs. Je vous recommande d’y porter attention même si vous croyez déjà bien connaître le mouvement de base.  Écoutez bien car toutes les différentes instructions sont importantes. 

Une fois que vous avez réussi à jongler correctement pendant au moins 6 lancers, vous êtes encore bien loin d’être compétent, mais vous pouvez déjà prétendre que vous “savez jongler” sans mentir.

Peu importe votre niveau, voici quelques principes de base qui resteront toujours importants

  • Lancer et attraper quelque chose sans échapper, c’est un bon début, mais c’est loin d’être suffisant pour déclarer victoire. À moyen terme, il parvenir à maitriser correctement chacune des différentes composantes du mouvement, avec une technique de base solide. On vise plus de précision, plus de constance et plus d’élégance. La précision de vos lancers est probablement l’élément le plus important sur lequel vous devriez vous concentrer.
  • Comme vous pouvez le voir dans les différents tutoriels, la plupart des techniques les plus difficiles peuvent être décomposées en éléments plus simples. Ces éléments plus basiques sont peut-être moins amusants à pratiquer, mais ils sont importants et vous ne devriez pas les ignorer trop rapidement.
  • Je pense qu’il n’est généralement pas nécessaire de maîtriser complètement un trick avant de passer au suivant. Cependant, les patterns de base ne doivent jamais être négligés jusqu’à ce qu’ils puissent être effectués de manière cohérente et presque parfaite, à différentes hauteurs. Bien les maîtriser (être capable de les faire avec contrôle, avec une certaine aisance, en n’échappant que rarement, tout en conservant une position corporelle stable comme c’est décrit dans le premier tutoriel) rend tout le reste dix fois plus facile. Ma recommandation: passez une partie de vos pratiques à explorer de nouvelles techniques et à repousser vos limites, mais conservez la majorité de votre temps et de votre énergie pour les techniques les plus fondamentales.
  • La fréquence de vos entraînements est plus importante que leur durée. Pratiquer 30 heures sur 5 jours serait probablement moins efficace que de pratiquer une demi-heure par jour pendant un mois (15 heures au total). Sinon juste un 5 ou 10 minutes de temps à autre, c’est déjà beaucoup mieux que rien.
  • Il n’est généralement pas utile de pratiquer exactement la même chose pendant plus de 10 ou 15 minutes à la fois. Il est généralement préférable de consacrer 10 minutes à une technique, 10 minutes à une autre (ou à une variation) et ainsi de suite.
  • Terminez toujours ou presque toujours sur un succès avant de cesser quelque chose ou de passer au prochain exercice. Le but de ce conseil, c’est en partie de vous aider à maintenir votre motivation à long terme. Plus important encore: dites-vous que cette dernière action bien exécutée est celle qui risque de rester implantée dans votre cerveau. C’est ce qui va rejouer inconsciemment dans votre tête la nuit quand vous dormez. Si ce succès relatif semble inaccessible pour le moment, vous pouvez soit oublier cela pour le moment, soit terminer avec une version plus simple de la même technique que vous pourrez réussir.
  • La main faible (généralement la main gauche) doit être pratiquée au moins autant que la main forte. L’écart entre les deux finira par disparaître presque complètement.
  • Si une technique semble encore bien trop difficile après plusieurs essais, vous n’êtes probablement pas encore prêt. Il est préférable de pratiquer autre chose ou de pratiquer une version plus facile de la technique en question. Je vous recommande de passer la plupart de votre temps de pratique sur des figures de faible ou moyenne difficulté, et peut-être seulement 10 à 25 % de votre temps sur des figures de haute difficulté (pour vous). Ceux qui passent tout leur temps à pratiquer les trucs les plus difficiles ont parfois l’impression de s’améliorer plus vite, mais ils limitent leur potentiel à long terme.
  • Observez comment vos niveaux d’énergie et de concentration fluctuent durant vos pratiques. Prenez de courtes pauses aussi souvent que nécessaire. Les techniques les plus difficiles demandent davantage d’énergie physique et mentale. Le meilleur moment pour les tenter, c’est après la fin de votre réchauffement, mais avant que vous ne commenciez à être un peu fatigué.
  • Quand vous pratiquez une technique que vous connaissez déjà bien, tentez de ne pas uniquement rester sur le pilote automatique. Voyez si vous pouvez repérer et corriger les petites imperfections qui persistent encore.
  • J’ai beaucoup écrit sur cette page sur l’apprentissage de nouvelles habiletés. Je ne vous recommande pas nécessairement de vous attaquer à ce long texte aujourd’hui, mais sachez qu’une bonne partie du contenu est indirectement utile à l’apprentissage de la jonglerie.

Étape 2: On continue de pratiquer le mouvement de base, mais on se permet de consacrer une partie de notre temps à de nouvelles techniques

Bravo, vous savez maintenant jongler 3 balles pour au moins quelques lancers. Vos lancers sont probablement instables et inélégants, mais cela reste un bon départ. Vous pouvez décidez d’en rester là si vous êtes convaincu d’avoir beaucoup mieux à faire, mais je pense que vous devriez persévérer pendant encore au moins un moment. À cette étape, il n’est pas encore temps de cesser pas de pratiquer le mouvement de base, mais on peut déjà se permettre de s’attaquer à l’occasion à de nouvelles techniques. C’est bien possible que l’introduction d’un peu de variété puisse vous permettre de progresser un peu plus rapidement.

Quelques techniques de base que des débutants peuvent réussir rapidement:

  • Jongler deux balles d’une seule main. Vous pouvez même apprendre cela avant d’apprendre 3 dans les deux mains si vous le souhaitez. Pratiquez la main gauche au moins autant que la main droite.
  • Si vous avez au moins 5 balles et que vous connaissez quelqu’un qui possède des mains et un cerveau, vous pouvez apprendre comment faire du passing avec cette personne, et ce même si il ou elle n’a absolument aucune expérience avec la jonglerie. Ce vidéo vous explique comment procéder. 
  • À la toute fin de ce tutoriel, le gars vous fournit des liens vers sept trucs de base à apprendre ensuite. J’apprendrais les 6 premiers et je garderais le 7e pour plus tard. Ou si vous préférez, regarder cet autre tutoriel ainsi que celui-ci revient plus ou moins au même. 
  • Les lancers sous le bras ainsi que les multiplex ne sont pas bien difficiles et ils permettent d’innombrables nouvelles possibilités à long terme. 
  • Forcez quelqu’un d’autre à apprendre à jongler. Lorsque cette personne sera parvenue à développer un niveau de base acceptable avec 3 balles, commencez à faire du passing avec 6 balles. Si les 2 partenaires ont un niveau de base acceptable et qu’ils coopèrent adéquatement, ce n’est vraiment pas si difficile. La vidéo porte sur le passing à 6 quilles, mais la même technique peut être utilisée pour le passing à 6 balles.

Une fois que vous pouvez faire 2 dans une main à partir des deux mains, vous pouvez déjà commencer à pratiquer 4. Il faut un bon moment pour bien maîtriser le mouvement, mais quelques lancers ne sont pas si difficiles. Si je peux me permettre d’être légèrement en désaccord avec le tutoriel, je me concentrerais d’abord sur les lancers synchronisés (également expliqués dans la vidéo). Ils sont un peu plus difficiles que les lancers désynchronisés qu’elle enseigne en premier, mais je pense qu’ils permettent de mieux repérer nos erreurs et d’apprendre avec une base plus solide.

Étape 3: On s’attaque à des mouvements de niveau intermédiaire tout en continuant de pratiquer ce qu’on connait déjà

Et maintenant, voici quelques trucs de niveau intermédiaire. Ce n’est pas nécessaire que de les apprendre dans cet ordre.

  • Jongler avec 4 avec plus de précision et constance. Vous pouvez peut-être même essayer des trucs faciles, comme passer du synchronisé au désynchronisé (également enseigné dans la vidéo) et d’ajouter quelques multiplex.
  • Si vous aimez les tricks qui semblent rapides et complexes avec les bras croisés, vous aimerez apprendre the weavemills messwindmill et factory.
  • les motifs sauvages de 3 boules croisées, essayez le tissage, les moulins à désordre, le moulin à vent et l’usine.
  • Pour jongler avec 3 quilles, apprenez avec cette vidéo ou celle-ci. Au bas de cette page, je vous indique de quelles façons vous pouvez vous procurer des quilles.
  • Vous voulez jongler à 3 quilles avec des doubles tours ? Voici l’étape 1 et l’étape 2.
  • Voulez-vous faire du passing avec les quilles? Voici comment. Il ne vous reste qu’à trouver un autre jongleur de quilles vaguement décents…

Si vous avez réussi la majorité des trucs ci-dessus au moins un peu, je suis maintenant prêt à officiellement vous déclarer “bon en jonglerie”.

Vous êtes complètement libre de choisir ce que vous voulez apprendre. Je reviendrai ici un jour ajouter d’autres suggestions, mais d’ici là vous pouvez rechercher d’autres tutoriels sur Youtube, copier ce que font les autres jongleurs ou inventer vous-même vos propres tricks.

Et le mouvement en cercle?
Le mouvement en question n’est qu’un truc parmi une infinité d’autre et ce n’est nullement nécessaire que de l’apprendre. Pour des débutants, ça adonne qu’à moins de se limiter à 2 balles, la technique est relativement difficile. Mais si vous souhaitez vous y attaquer, voici comment

Quand est-ce qu’on se met au feu et aux couteaux?

À partir du moment où votre trois quilles est très bien maitrisé, ce n’est qu’à peine plus difficile que de jongler des torches ou des couteaux. Il suffit d’acheter du matériel spécialisé. Les couteaux ne sont pas vraiment tranchants. Quant au feu, il suffit de le laisser tomber si la torche n’arrive comme prévu. C’est bien pratique pour impressionner le grand public. Mais personnellement, oui je pourrais facilement me mettre à jongler ces trucs, mais ça ne m’intéresse pas vraiment. Ça se peut que j’en fasse un jour pour mieux attirer l’attention, mais sinon j’aime 100 fois mieux apprendre des nouveaux trucs qui sont esthétiquement plaisants et techniquement difficiles. Je ne comprends qu’à moitié la fascination sur le sujet. Est-ce que la musique serait meilleure si les pianistes jouaient avec des pianos en feu? Est-ce que les matchs de tennis seraient plus enlevants si les joueurs s’échangeaient des balles en feu?

Où trouver des balles et des quilles de qualité?

Le matériel de jonglerie, d’habitude c’est bien dispendieux et ce n’est pas facile à trouver. Mais je pense qu’à partir du moment où l’on commence à en faire un peu plus régulièrement, ça vaut la peine de payer un peu plus pour quelque chose de plus durable et de plus facile et agréable à utiliser. Si vous êtes à Montréal, vous pouvez vous rendre à un magasin bien équipé qui se nomme Goudurix. En transport en commun, c’est un peu difficile d’accès. Sinon en voiture ce n’est pas bien loin. Sinon encore, il suffit de commander en ligne et d’attendre la livraison. Il y a une multitude d’autres options en ligne, mais ce n’est pas toujours évident que de trouver des options décentes et abordables sans avoir à payer 25 euros de frais de livraison. Pour les résidents de la province de Québec, mes recommandations officielles sont les suivantes:

  • Je pense que ça faut la peine d’acheter au moins 5 ou 7 balles. Ça ne sera pas bien long avant que vous ne commenciez à en jongler 4. En avoir 6 permet entre autres de pouvoir faire du passing avec quelqu’un d’autre. En avoir 7 ou 5 fait en sorte qu’on peut se permettre d’en perdre au moins une sans avoir à en acheter d’autres.
  • J’aime bien ce modèle. Elles ont les mêmes avantages que les beanbags, sauf qu’elles vont rester intactes plus ou moins indéfiniment.
  • Vous pouvez vous faire livrer de nombreux exemplaires l’un de ces modèles. Je ne les ai jamais essayées, mais le poids et l’apparence semblent corrects. C’est bien rares de trouver des balles de jonglerie aussi peu dispendieuses. Il faut payer une vingtaine de dollars pour la livraison, mais sinon les balles ne sont bien moins chères qu’ailleurs. Les “Thud Juggling Balls” de 120g semblent très correctes. Mr Babache et MMX sont de bonnes marques. 
  • Sinon deux sets de 3 de ce modèle chez Goudurix, ça ne revient à “seulement” 40$ plus les taxes.
  • Les balles que j’utilise sont celles-ci. Elles sont dispendieuses et il faut les faire venir d’Europe. Je ne vous recommande pas de commencer avec ça.
  • Si vous souhaitez jongler des quilles, vous pouvez en fabriquer de très laides mais tout à fait fonctionnelles de cette façon. Des quilles très abordables peuvent être achetées au magasin le Valet de Coeur à Montréal, sauf que je ne les aime vraiment pas. Se faire livrer celles-ci depuis l’Ontario me semble être une bonne option abordable et acceptable pour les débutants. Chez Goudurix à Montréal, les moins chères sont celles-ci. Je ne les ai jamais essayées, mais j’imagine qu’elles sont adéquates. Un modèle probablement un peu mieux serait celui-ci. Si c’était pour moi, je serais tenté peut-être par ce modèle, celui-ci ou peut-être même celui-ci. Henrys et Play (PX3 et PX4) sont considérées comme de bonnes marques. Sinon encore, on peut avoir un plus large éventail de choix en se faisant livrer depuis la Californie ou l’Europe. J’aime beaucoup ce modèle, mais ce n’est pas donné. Un autre modèle similaire sur la plupart des points mais beaucoup moins cher serait celui-ci.