Pour les étudiants débordés

J’ai bien l’intention d’ajouter à ce site des ressources beaucoup plus complètes spécifiquement conçues pour venir en aide aux étudiants et aux étudiantes. Mon objectif à long terme est de vous aider à rester en contrôle tout au long de votre session, à passer vos examens sans stress et sans grandes difficultés et à terminer vos études en étant en mesure de garder en mémoire la majorité de ce que vous avez appris. Tout cela en appréciant davantage de temps libre que la plupart de vos camarades! Rien de moins! Malheureusement, je ne peux pas magiquement vous aider à atteindre ce stade du jour au lendemain. Je ne peux pas non plus vous expliquer tout ce qu’il y a à savoir en quelques paragraphes. J’ai bien des brouillons et des notes d’écrits ici et là sur tout cela, mais pas de façon présentable. En attendant à ce que je termine de tout rédiger et ordonner comme il se doit, je vais au moins formuler rapidement ces quelques conceils pour les étudiants. Je vais assumer qu’au moment où vous lisez ces lignes, vos examens arrivent à grands pas, vous êtes débordés et vous ne savez pas où commencer.

  • Allez lire certaines sections de cet article en anglais que je viens de mettre en ligne. Tous les concepts les plus importants y sont résumés. Vous pouvez vous permettre d’ignorer tous les paragraphes qui, dans votre situation actuelle, semblent moins susceptibles d’être immédiatement utiles. Vous pouvez aussi, pour le moment, ignorer le reste de ce site. S’informer sur la mémoire et sur les techniques d’étude, c’est très utile à un peu plus long terme, mais n’allez pas tomber dans le piège d’utiliser cela comme une forme de procrastination.
  • Vous pouvez couper sur le sommeil la veille d’un examen, mais il est impératif que vous puissiez récupérer le plus rapidement possible. Si votre déficit de sommeil est trop important, il sera impossible ou presque de mémoriser quoi que ce soit. Mieux vaut étudier efficacement pendant un beaucoup plus court moment que de passer 12 heures comme un zombie à regarder vos notes sans ne rien retenir. Si une nuit de sommeil n’est pour l’instant pas dans le royaume des possibilités, sachez qu’une sieste de 15 ou 20 ou 90 minutes peut au moins vous permettre de récupérer une partie importante de votre énergie et de votre concentration. Une sieste de 45 minutes, soit la moitié d’un cycle de sommeil, risque cependant de vous laisser longtemps dans un état confus et fatigué.
  • Priorisez, priorisez et priorisez encore. Toutes les activités et toutes les informations ne sont pas d’égale valeur. C’est souvent facile de perdre notre précieux temps avec des activités qui nous donnent l’impression d’être productif, mais qui ne devraient pas être considérées comme prioritaires. Concentrez vous sur les 20%, 5% ou même 2% d’activités et d’informations qui vous vous apporter plus de 80% des résultats. Passez rapidement sur tout le reste ou même ignorez-le complètement. La grande majorité des étudiants n’ont pas besoin de besoin de faire toutes leurs lectures. Pour distinguer ce qui est réellement important de ce qui l’est moins, vous pouvez vous inspirer du plan de cours, vous demander quels sont les sujets qui sont ressortis les plus souvent en classe, demander à d’anciens étudiants ou encore vous fier à votre intuition. Vous pouvez aussi poser directement la question à vos enseignants. Si vous pouvez avoir accès à d’anciens examens ou encore assister à des séances de révision, cela vaut définitivement la peine de tirer profit de ces opportunités.
  • Pour tous les éléments d’information que vous aurez identifiés comme étant absolument prioritaires, étudiez-les en formulant des questions courtes que vous vous entrainerez à répondre sans regarder vos notes. Idéalement, il devrait y avoir un certain délai entre le moment où vous regardez vos notes et le moment où vous répondez à des questions sur le sujet. Si vous avez vu la réponse quelques secondes à peine plus tôt, c’est trop facile de répondre correctement sans ne rien retenir ou presque. Si vous avez certaines questions/réponses de prêtes sur votre ordinateur, vous pouvez aller sur le site Quizlet et utiliser la fonction “importer à partir de Word, Excel, Google Docs…” pour créer des dizaines ou des centaines de flashcards en quelques clics. Au moment d’étudier, allez dans les options et choisissez la fonction “carte” dans la section “type de question”. Ce mode permet d’étudier de façon plus rapide et efficace que les autres. Si tout cela semble trop compliqué pour le moment, évitez Quizlet et contentez-vous d’improviser des questions dans votre tête et d’y répondre. Vous pouvez regarder vos notes et vos livres à chaque fois que c’est utile ou nécessaire, mais rappelez-vous tout ce qui n’est pas révisé sous forme de questions risquent fort d’être oublié à tout moment.
  • Si vous n’avez pas déjà un minimum d’expérience avec le sujet, la veille d’un examen n’est probablement le meilleur moment pour apprendre à utiliser des palais de mémoire ou d’autres formes de mnémoniques complexes. Pour l’instant du moins, le format questions/réponses risque d’être beaucoup plus simple et efficace.
  • Pour les éléments d’information qui semblent légèrement moins prioritaires, vous pouvez les parcourir en vitesse en espérant ne rien oublier de trop crucial. Quant à tout ce qui semble être d’importance moyenne ou faible, mieux vaut les ignorer complètement et conserver votre précieux temps pour ce qui compte davantage. On fait de notre mieux dans les circonstances!
  • Prenez fréquemment des pauses pour reprendre un peu d’énergie, mais évitez de les utiliser pour quoi que ce soit qui risque de capturer votre attention. Restez aussi loin que possible de tout ce qui est cellulaire, e-mails, Internet et autres distractions inutiles! Si possible, laissez votre cellulaire sur un autre continent ou dans une dimension parallèle. Même lorsqu’il est fermé, sa simple présence est suffisante pour affecter considérablement votre concentration.
  • Faites de votre mieux, mais soyez en paix avec tout ce qui pourrait arriver. Prenez régulièrement de grandes respirations et souvenez-vous qu’il n’y a rien d’absolument vital ou d’irréversible qui va se jouer à l’examen.
Bonne chance!

Et si vous êtes prêt à utiliser des palais de mémoire?

Si vous avez déjà investi les quelques efforts nécessaires pour être relativement à l’aise avec l’idée de créer un palais de mémoire, rien de vous empêche de commencer dès maintenant à expérimenter avec leur utilisation en contexte scolaire. Il y a bien des façons dont des concepts complexes peuvent être représentés sous forme d’images et d’histoires. Malheureusement, comme tous les cours et tous les sujets sont différents, ce n’est pas facile pour moi que de vous expliquer comment procéder en seulement quelques phrases. Une méthode plus simple que je peux vous recommander pour commencer serait la suivante:
1- Prioriser les méthodes déjà expliquées ci-dessus. Identifiez les informations qui semblent particulièrement importantes et prioritaires. Tentez d’abord et avant tout de comprendre ce qu’il y a à comprendre et d’être en mesure d’expliquer brièvement les principaux points. Passez autant de temps que nécessaire en mode “je me pose des questions courtes et je vérifie ce que je suis capable de reproduire de mémoire”.
2- Imaginez un instant que votre enseignant ou votre enseignante vous a autorisé à amener une page de notes à l’examen. Qu’est-ce vous devriez écrire sur cette page? Sûrement pas les trucs sans importance. Sûrement pas non plus les trucs que vous connaissez déjà et que vous n’avez pas peur d’oublier. Ce que vous devriez écrire, ce sont surtout une série de mots-clés qui vont vous permettre de réactiver un maximum de vos connaissances. Ces mots-clés ne seront pas très utiles si vous n’avez pas suivi le cours, mais sinon ils ont le potentiel d’être extrêmement utiles. Quels sont les 10 points que vous souhaitez aborder dans telle ou telle question à réponse longue que vous anticipez? Quels sont les trois éléments les plus importants qui permettent de comprendre tel ou tel concept fondamental? Ce genre de trucs. Encore une fois, on priorise au maximum pour ne garder que l’essentiel. Identifier les mots-clés en question risque d’être déjà particulièrement utile à votre processus de mémorisation. Prendre la peine d’écrire à la main ces mots-clés sur une feuille de papier risque de l’être encore davantage. Je sais que vous n’avez pas le droit d’amener cette feuille à l’examen, mais cela reste pertinent de la rédiger quand même!
3- Quand vous aurez identifié tous les mots-clés que vous souhaitez retenir, mémorisez-les à l’aide d’un palais de mémoire. On procède à peu près de la même façon que si c’était une liste de mots aléatoires. Bien des façons de fonctionner peuvent être efficaces. Vous pouvez utiliser cette page si vous manquez d’inspiration sur la façon de choisir et d’organiser votre palais de mémoire.
4- On révise le palais de mémoire aussi souvent que nécessaire pour être certain de bien tout retenir. Dans la majorité des cas, trois révisions devraient être amplement suffisantes.
5- Une fois que toutes les étapes les plus importantes sont derrière nous, si on est motivé, on peut choisir de rajouter encore bien d’autres mots-clés à notre palais de mémoire. C’est surprenant à quel point il n’y a pas vraiment de limites (outre le temps et les efforts de concentration) à ce que l’on peut parvenir à entreposer de cette façon.
6- On passe l’examen en riant ( :
7- On peut ensuite laisser disparaitre une partie ou la majorité des images entreposées, mais réviser très sporadiquement à plus long terme celles qui correspondent à des concepts que l’on souhaite garder en mémoire indéfiniment.

Que faire si les palais de mémoire ne fonctionnent pas aussi bien que prévu?

Avertissement: Bien des individus parviennent à obtenir d’excellents résultats dès leurs premiers essais avec les palais de mémoire. Bien d’autres éprouvent davantage de difficulté. Ceux et celles qui initialement éprouvent plusieurs difficultés ont souvent tendance à conclure que “ça ne marche pas” pour eux, que “c’est trop difficile” ou “trop long” avant d’abandonner. J’ai toutes les raisons de croire que cette attitude est une erreur. Si le processus est trop difficile ou trop long, c’est parce qu’il s’agit d’une habileté qui est encore nouvelle pour vous, un peu comme si vous tentiez de patiner pour la première ou la deuxième fois. Mes conseils pour ceux et celles qui ont davantage de difficultés sont les suivants:
  • Utilisez les palais de mémoire dans vos études dans la mesure où cela vous aide, que vous appréciez le processus ou que vous souhaitiez vous améliorer. Ne les utilisez pas quand vous préférez vous fier à d’autres méthodes plus familières.
  • Sachant que rien ne vous empêche de continuer de vous améliorer avec le temps. Continuez malgré les difficultés de faire l’effort d’utiliser des techniques de mémorisation au moins une fois de temps en temps dans vos études. Au moins pour une petite partie de la matière, quand vous ne vous sentez pas trop débordés.
  • Faites des palais de mémoire moins chargés et soyez plus sélectifs avec ce que vous choisissez de mémoriser de cette façon. Les techniques de mémorisation sont là pour nous aider en certaines circonstances, pas pour devenir notre unique façon d’apprendre.
  • Gardez en tête le fait que c’est (presque) certain qu’avec le temps, le processus va devenir de plus en plus facile et rapide. Pour accélérer le développement de vos compétences d’apprenti ninja de la mémoire, je pense que les exercices de mémorisation de trucs “inutiles” que je propose sur ce site sont en fait beaucoup plus utiles que vous ne l’imaginez. Ces exercices sont aussi pertinents pour les étudiants et les étudiantes que le conditionnement physique et la pratique des techniques de base peuvent l’être pour un amateur d’arts martiaux. Parce qu’ils sont un peu plus simples et plus prévisibles, parce qu’ils ne demandent pas de révisions à long terme et parce qu’ils nous permettent de réutiliser à l’infini les mêmes palais de mémoire, ils nous permettent de nous améliorer souvent bien plus rapidement que les autres formes de mémorisation.
  • Petit à petit, à mesure où vous gagnez confiance en vos habiletés, vous pouvez expérimentez avec des formes plus en plus ambitieuses d’utilisations de ces merveilleux outils que sont les palais de mémoire.