Quelques notes concernant la fiabilité des informations sur ce site

Si vous explorez ce site uniquement à la recherche de conseils pratiques pour mémoriser avec plus de facilité, ce n’est pas sur cette page que vous allez en trouver. Si je prends la peine de rédiger cet article non-essentiel, c’est parce qu’il y a une série de précisions que je sens le besoin de formuler à propos de la fiabilité des informations que vous trouverez sur ce site ou n’importe ailleurs. Ça se résume à ces quelques mots: Je suis honnête. Je tente de procéder de façon rigoureuse. J’appuie mes propos sur une bonne variété de sources fiables. Sauf que, comme qui que ce soit d’autre, je peux me tromper et vous n’avez pas à accepter mes propos sur paroles. De façon plus générale, je vous encourage à être sceptique face à toutes les affirmations douteuses auxquelles vous pouvez être confrontées, que ce soit ici ou ailleurs. Le scepticisme ne signifie pas qu’il faille tout rejeter en bloc, juste de conserver une attitude critique, ouverte mais prudente. 

Quelques précisions, nuances et engagements:

  • L’objectivité totale est un rêve inatteignable, mais ça ne m’empêche pas de tenter autant que possible de mettre de côté mes biais et mes idées préconçues. Je fais de mon mieux pour être rigoureux et pour m’appuyer sur des sources fiables. Je suis allergique aux différentes formes de malhonnêteté, y compris celles qui semblent inoffensives ou même bien intentionnées. Je souhaite éviter toutes les fausses promesses, les grossières exagérations et les distorsions de la réalité. Cet engagement me force à m’arrêter souvent (et longtemps) pour me demander si je suis bien certain que ce que je viens d’écrire est vrai. Ça me force à passer plus temps à faire des recherches et à consulter des sources qui peuvent me contredire. Ça me force à bien réfléchir avant d’écrire quoi que ce soit et à souvent surcharger mes textes avec toutes sortes de nuances. Ça me complique la vie et ça alourdit considérablement ma charge de travail, mais ça m’aide à être en paix avec moi-même. Je vais certainement faire bien des erreurs, mais aucune ne sera délibérée.
  • Lorsque je vais affirmer quelque chose comme “nous pouvons tous parvenir à” accomplir tel ou tel truc (notamment apprendre à mémoriser ou à développer de nouvelles habiletés), mon “tous” va bien évidemment exclure quelques cas particuliers. Ils n’incluent malheureusement pas les gens qui sont pris dans des circonstances épouvantables, ceux qui souffrent d’alzheimer à un niveau avancé ou de certains autres problèmes de santé sévères et hors du commun. Les affirmations de ce type vont aussi supposer un minimum de motivation et de persévérance chez l’individu qui choisit de se lancer le défi en question. Je ne souhaite pas alourdir mes textes encore davantage en répétant cela à chaque fois. Je mentionne ça ici dans l’esprit de “je veux éviter toutes les fausses promesses”, mais je suppose que cela va de soit et que cette précision est inutile. 
  • Pour la plupart des grands points qui sont formulés sur ce site, même si je ne prends pas toujours la peine de citer une référence précise, vous pouvez assumer que j’ai pris soin de m’appuyer sur une variété de sources crédibles. Lorsque je me base principalement sur mes expériences et mes opinions personnelles, je prends soin d’ajouter un “selon moi” ou une formule similaire afin pour que vous puissiez juger en conséquence.
  • Je n’ai pas envie de “couper les coins ronds” et de bâcler quoi que ce soit. Sauf que considérant à quel point j’ai de la difficulté à terminer mes textes et mes vidéos dans des délais raisonnables, je n’ai pas le choix d’abandonner une partie de mon perfectionnisme. Si je ne mentionne pas constamment toutes mes sources, c’est surtout pour tenter de sauver un peu de temps et pour ne pas alourdir encore davantage mes textes. Des listes incomplètes de mes sources peuvent être consultées ici, ici et, dans une moindre mesure, ici.
  • Je pense à tort ou à raison être relativement compétent quand vient le temps de distinguer les informations fiables de celles qui le sont beaucoup moins. Sauf qu’évidemment, comme n’importe qui d’autre, je reste malgré moi biaisé de plusieurs façons. Je pense peut-être être bien rigoureux, bien logique et bien nuancé, sauf que ça adonne qu’à peu près tout le monde dans tous les domaines prétend plus ou moins la même chose. Après tout, même les “flat-earthers” s’imaginent souvent être de braves scientifiques à la recherche de la vérité… C’est là un exemple un peu extrême, sauf que les biais cognitifs et les erreurs de raisonnement sont aussi présents chez les scientifiques les plus brillants et les mieux informés. À ce sujet, cela peut valoir la peine de se renseigner davantage sur les différentes façons dont nous avons tous tendance à interpréter la réalité de façon à protéger nos façons de voir le monde, sur les principes de base la logique et du scepticisme et sur les différents types de biais cognitifs.
  • Full disclosure: Je suis occasionnellement rémunéré pour présenter des ateliers et pour coacher des individus qui ont des projets ou des besoins particuliers. C’est aussi possible qu’un jour – pas bientôt – je commercialise un cours en ligne avec plus de vidéos, plus d’exemples, plus de détails et plus d’exercices. Je suis encore bien loin de cet objectif, mais éventuellement j’aimerais parvenir à gagner ma vie de cette façon et me consacrer à temps plein à l’enseignement des techniques pour mieux apprendre à apprendre. Il n’y a bien sûr absolument aucun mal à être rémunéré pour son travail, je le mentionne seulement car il s’agit théoriquement d’une source possible de conflits d’intérêts. Si on me paie pour enseigner les techniques de mémorisation, est-ce que cela risque de m’inciter à les présenter comme étant plus merveilleuses qu’elles ne le sont réellement? C’est bien possible, mais j’espère ne jamais laisser mes intérêts personnels et la tentation du marketing compromettre la fiabilité des informations que je diffuse. Pour moi, ce ne sera jamais principalement une entreprise à but lucratif. Mes tarifs pour des ateliers et pour un éventuel cours en ligne vont rester abordables et flexibles. Je vais continuer de, à l’occasion, organiser des conférences et des activités à mes frais. Et dans tous les cas, qui que ce soit aura toujours l’option de découvrir 100% gratuitement à partir de ce site tous les concepts les plus utiles et les plus fondamentaux.

 

Concernant la fiabilité de mes sources:

L’univers de la recherche scientifique est incroyablement awesome et fascinant, sauf qu’il dépend toujours sur le travail d’un groupe de proches cousins des chimpanzés, des homo sapiens qui ne parviendront jamais à réfléchir de façon complètement rationnels. Le processus n’est pas parfait. On ne peut jamais se fier complètement sur une seule étude ou sur les travaux d’un seul individu. Un lent et complexe travail de vérifications et de contre-vérifications permet à long terme de s’approcher de certaines formes de certitude, sauf qu’il faut toujours garder en tête l’idée que personne n’est infaillible. Je parle de “certaines formes de certitude”, car on doit toujours parler en termes de probabilités. 2 + 2 = 4? La terre est-elle ronde? Les êtres humains sont-ils les pas si lointains cousins des autres espèces de primates? Trump est-il un menteur? À moins que toute notre réalité ne soit qu’une illusion, on peut répondre oui à toutes ces questions sans craindre de se tromper. Pour bien d’autres sujets par contre, on peut assumer que les conclusions des différentes recherches sont probablement valides, mais on doit aussi reconnaître les risques élevés d’erreurs… Les suppléments d’oméga 3 que je prends le matin sont-ils bons pour ma santé? Probablement, mais je ne parierais pas de trop grosses sommes là-dessus.

Tout cela pour dire que non seulement je peux me tromper, mais même les sources apparemment crédibles sur lesquelles je m’appuie peuvent être incomplètes ou erronées. Les nouveaux étudiants en médecine se font souvent dire une formule du type “50% de ce que nous allons vous enseigner va être faux ou partiellement faux, on ne sait juste pas quel 50%”. Cette formule est sans doute une exagération, mais elle n’est pas fondée sur rien. Les conclusions apparemment solides de certaines recherches peuvent parfois être diffusées, imprimées dans des manuels scolaires et répétées un million de fois pendant deux décennies avant d’être partiellement ou complètement discréditées. C’est vrai dans la plupart des domaines, ça l’est encore davantage pour tout ce qui concerne l’univers souvent bordélique de la psychologie humaine (voir aussi cet article sur le même sujet). Ce sujet étant particulièrement complexe et imprévisible, les mythes peuvent y perdurer bien longtemps avant d’être identifiés. Le fait que les résultats d’une étude particulière ne peuvent être reproduits par d’autres chercheurs ne signifie pas nécessairement que l’étude originale était dénuée de tout mérite, sauf qu’on se voit maintenant forcé de cesser d’assumer que ses conclusions vont rester valides dans la plupart des circonstances.

Cela peut être déprimant de découvrir que des concepts jadis considérés comme étant valides par la majorité des psychologues sont aujourd’hui discrédités ou remis en doutes, mais ça ne signifie pas pour autant que nous devrions tous adopter une attitude cynique. Mêmes les scientifiques récipiendaires du prix Nobel ne doivent pas être considérés comme infaillibles, mais ça ne veut pas dire que toutes les opinions ont tout autant de chances d’être valides ou invalides. Ce qui est considéré comme étant “vrai” change fréquemment, mais ça ne change pas de façon aléatoire et absurde. Avec le temps, dans la plupart des domaines, nos connaissances deviennent de plus en plus fiables. Ou de moins en moins erronées si vous préférez.

On ne peut nier à quel point la méthode scientifique permet toutes sortes de miracles incroyables. On peut envoyer textes et vidéos instantanément partout autour de la planète à l’aide d’un réseau de superordinateurs (incluant l’appareil avec lequel vous lisez présentement ce texte), de fils électriques et de satellites. On peut poser un vaisseau spatial téléguidé sur une comète qui se déplace à 135,000 km à l’heure et qui est située à plus 500 millions de km de la Terre! On peut synthétiser des vaccins qui sauvent littéralement des millions de vies. On peut aussi comprendre de plus en plus la psychologie humaine et trouver des façons d’apprendre et de mémoriser plus efficaces, c’est juste un peu plus difficile d’être certain que nous nous sommes parvenu à trouver les “bonnes” réponses. 

 

Conclusions:

Je n’ai pas de formation scientifique. Je suis juste un dude sur Internet qui est curieux et qui souhaite partager une partie de qu’il a appris. Je peux bien tenter de consulter une bonne variété de sources et de rester rigoureux et nuancé, sauf que je peux bien sûr me tromper. Mes sources aussi. Je vais tout de même continuer de tant bien que mal faire de mon mieux pour démêler le vrai du faux. Je corrigerai mes erreurs et je partagerai mes incertitudes lorsque tôt ou tard de nouvelles données viendront contredire certains de mes propos.